La réforme de l'orthographe en 1960 dans le Mouvement Freinet

Voici un texte paru dans la revue du Mouvement Freinet belge Éducation populaire
en mai 1960, sous la plume d'un des animateurs de la Commission français de
l'Institut coopératif de l'école moderne, Roger Lallemand (1900-1089), bien connu
aussi dans le Mouvement pour avoir créé le « Pour tout classer » et tenté de réaliser
pour les enfants un « dictionnaire de sens ».
J'ai retrouvé ce texte à l'occasion de la préparation d'un article pour le Nouvel
éducateur, revue du Mouvement Freinet français, article présentant l'orthographe
modernisée de 1990, que cette revue et d'autres comme Bibliothèque de travail junior
(Btj), J Magazine emploient désormais.
Cet article paraitra en décembre, il sera bientôt disponible lui aussi ici.
Henry Landroit


LA SIMPLIFICATION DE L'ORTOGRAFE COMENT ÈLE SE FERA
par R. LALLEMAND


L'ORTOGRAFE FRANÇAISE N'A PAS ÉVOLUÉ NORMALEMENT


L'ortografe française n'a pas suivi son évolution naturèle. Pourtant c'est
èle qui, au 12e S. a atteint le plus grand degré de perfection parmi les langues
romanes. Mais au 13e S. les scribes ont l'ordre de calquer l'ortografe sur cèle
du latin, d'où les complications inoportunes et parfois fantaisistes dues à leur
ignorance. Plus tard, alors que l'ortografe naturèle reprenait le dessus, un fénomène semblable
s'est reproduit.
Depuis, quelques simplifications ont été aportées. Ferdinand BRUNOT a
procédé à une étude très fouillée de la question et conclu par un projet de
réforme très poussé. Dauzat, Ch. Beaulieu, historien de l'ortografe française,
M. Lafitte-Houssat, Inspecteur d'Académie, ont donné leur point de vue. Mais
c'est le projet de MM. PERNOT et Ch. BRUNEAU, dans le cadre de la Réforme LANGEVIN, qui
done la réforme la plus hardie avec les arguments les
plus solides. Enfin, en 1951, un nouveau projet a été établi par une Commission
Oficièle, sous la direction de M. BESLAIS, Dr de l'Enseignement. On n'en a
plus de nouvèles.
La simplification de l'ortografe serait donc aussi bien le retour à une
saine tradition, un retour « au bel français du 12e S. »(Ch. Beaulieu) qu'une
adaptation indispensable de l'écriture à la langue parlée actuèle.
Changer l'ortografe, ce n'est pas toucher à la langue èle même : c'est seulement en modifier la forme
périmée. Il n'i a d'ailleurs pas si longtemps qu'on
i atache une tèle importance. L'écriture n'est que la tecnique de reproduction
grafique de la langue, et l'invention de l'alfabet n'est merveilleuse que parce
qu'èle permet d'écrire 1a langue d'après sa prononciation.
RÉFORMES ACOMPLIES DANS D'AUTRES PAYS
Presque partout, l'ortografe a évolué avec la langue parlée: Alemagne
(2 simplifications en 50 ans), Russie, Norvège, Holande, Portugal, Brésil, etc.
Le Viet-Nam a remplacé ses idéogrames par un alfabet, et la Turquie l'alfabet
arabe par l'alfabet latin ! D'autres pays ont une ortografe presque aussi fonétique que possible:
italien, espagnol, polonais, etc. Pour les nombreuses nationalités de l'URSS, et de Chine qui
n'avaient pas d'écriture, les linguistes ont
créé des alfabets fonétiques.
*
* *
LA LIGUE DES PARTISANS DE LA RÉFORME ORTOGRAFIQUE
En Angleterre et en France, par contre, l'ortografe est très encombrée et
très complexe. C'est pourquoi on i trouve des sociétés ayant pour but d'obtenir
une réforme de l'ortografe.
Notre « LIGUE DES PARTISANS DE LA RÉFORME ORTOGRAFIQUE »
a été créée au début du siècle par Ferdinand BRUNOT, l'éminent gramairien, membre de l'Institut
de France. Èle désirerait une réforme profonde corne cèle
préconisée autrefois par F. Brunot et plus récemment par MM. Bruneau et
Pernot. Nous vérons plus loin quel est notre projet actuel.
NÉCESSITÉ DE LA RÉFORME
La vie moderne.
La langue écrite perd de son importance. Le téléfone, la radio, le cinéma,
la télévision ocupent une place toujours plus grande. La sténo néglige l'ortografe. Le magnétofone
reproduit facilement la langue parlée. Et les noms des
marques des produits comerciaus ont souvent une ortografe réduite au minimum.
Il faut absolument gagner du temps pour des euvres utiles et en faveur du
progrès tecnique. La Russie a calculé les sommes récupérées par son économie
par la supression d'une seule lètre muète ! Le siècle n'est plus au gaspillage de
temps et d'argent à barbouiller inutilement du papier.
Il nous faut donc, come ailleurs, rendre notre langue écrite plus maniable
en la débarassant de ses impuretés.
L'enseignement.
Les enfants de langue française conaissent de grandes dificultés à aprendre à lire. Des psicologues
come le Dr BERGE ont pu mesurer l'éfet de notre
ortografe sur des cas de dislexie.
Le comportement des élèves est complètement faussé : ils ne peuvent rien
écrire qu'avec l'angoisse de faire des fautes ! Quel frein à leurs facultés de
rédaction !
Pendant 12 ans, les jeunes passent au moins 1000 h. à étudier l'ortografe.
Dans d'autres pays, on les emploie à préparer des tecniciens. Certains bons
élèves voient leur avenir brisé parce qu'ils n'ont pas maîtrisé un mécanisme
irrationel.
Enfin, notre ortografe est un obstacle à la diffusion de notre culture, car
pour l'étranger c'est une difficulté suplémentaire dans l'étude du français.
LE PROJET.
Come les propositions oficièles, le projet de notre Ligue a tenu compte des
simplifications comunes à toutes les études des réformateurs. Il a été soumis
aus linguistes Ch. BRUNEAU et Marcel COHEN, dont l'autorité est indiscutée.
Il est moins audacieus que le dernier projet oficiel : nous avons voulu que cète
1e étape constitue un minimum que tout le monde puisse facilement admètre,
tout en aportant des bienfaits très apréciables.
Il est constitué de règles simples et évite les « réactions en chaîne » provoquant de nouvèles
complications. Ce texte en done une idée. Un tableau explicatif aporte toutes précisions utiles.
Si une décision oficièle de simplification était prise, nous aiderions aussitôt à son aplication.
*
* *
APLICATION DE LA RÉFORME.
L'usage de la nouvèle ortografe ne peut se généraliser que peu à peu, les deus ortografes coexistant
pendant quelque temps. La décision oficièle entraînerait moins de dificultés que cèle du nouveau
franc.
Il sufirait en éfet d'en ordoner l'aplication dans les écoles, en començant
par les classes des petits (6 à 7 ans) et à raison d'un cours nouveau par anée.
En en fixant la date à l'avance, les anciens manuels auraient la possibilité de
s'écouler. Il serait temps d'i penser, car le monde évolue vite, et les enfants
d'aujourdui auront plus tard un besoin plus pressant d'une ortografe pratique.
Dès que toutes les classes primaires apliqueraient l'ortografe nouvèle, les
publications oficièles et tous les écrits destinés au public devraient l'utiliser.
Les livres d'adultes ne devraient être réimprimés en ortografe nouvèle qu'au
moment où une nouvèle édition est nécessaire, ceci à dater de la décision oficièle.
En atendant, nous demandons aus adultes de vulgariser notre projet : on
s'i habitue assés vite, et ce n'est pas défendu ! Tout en lutant pour obtenir une
décision oficièle, notre but est en éfet de faire conaître notre projet minimum
par tous les moyens possibles et d'en répandre l'emploi. Car les dictionaires,
et l'Académie èle-même, ne font plus aujourdui qu'entériner l'usage.
Pour justifier leur ortografe, nos adérents utilisent souvent un cachet
qu'il leur sufit d'aposer en tête de leurs écrits :
« LIGUE POUR LA RÉFORME DE L'ORTOGRAFE »
Si pour une raison impérieuse (lètre oficièle, s'adressant à un écolier, à
un étudiant, etc. ils ne l'utilisent pas, ils peuvent en signaler l'existence par
un autre cachet :
« Orthographe traditionnelle »
Pensons à nos enfants, à tous ceus qui n'ont pas la bosse de l'ortografe, et
à l'avenir de notre pays, pour que vive l'ORTOGRAFE NOUVÈLE.